Réflexions équestres : coach VS enseignant ? Le flou artistique de la filière équestre suite ... et surement pas fin !

Publié le par Arazzi

Même à pieds, c'est de l'enseignement quand il y a transmission de savoirs.

Même à pieds, c'est de l'enseignement quand il y a transmission de savoirs.

En discussion avec des collègues, nous appuyons sur un sujet controversé actuellement très en vogue : 

La différence entre coach et enseignement.

En France, enseigner contre rémunération n'est autorisé que pour les titulaires d'un diplôme certifié par la DDJ., ce qui n'est pas le cas pour ceux qui s'affichent comme coach. 

Alors la différence c'est quoi ? 

Définition des mots 

Coacher : source Larousse : conseiller une personne afin qu'elle utilise au mieux ses compétences. Servir de coach à une équipe, une personne. 

Enseigner : Faire apprendre une science, un art, une discipline à quelqu'un, à un groupe, le lui expliquer en lui donnant des cours, des leçons. Faire savoir quelque chose à quelqu'un, le lui faire connaitre, inculquer par une sorte de leçon : apprendre , montrer. 

Analyse : 

La différence fondamentale entre les deux mots saute aux yeux ... 

L'un s'adresse à une personne formée, l'autre pas. 

Dans le cadre du coach, la définition donne bien le côté "compétences" déjà acquise de la personne à qui le coach s'adresse.

Dans le cadre de l'enseignant, la définition affirme un apport de nouvelles connaissances, un savoir avant inconnu qui est mis à la portée de la personne. 

Conséquences : 

On peut dans la filière équestre analyse la différence entre les comme suit : 

Un coach conseille un cavalier déjà formé au niveau où il est, mais ne lui apporte aucune nouvelle connaissance, il se contente d'entretenir un niveau, conseiller sans progression. Lors d'un coaching, il n'y a pas transmission de savoirs. 

Un enseignant transmet des savoirs à un cavalier afin que ce dernier progresse dans sa technique et ses savoirs faires. Il sait corriger et apporter des solutions aux problèmes rencontrés. 

Identification sur le terrain 

Pour ceux qui veulent chercher les personnes qui enseignent illégalement sous le titre de coach, il faudra donc observer les conseils donnés, et déterminer s'ils sont déjà connus du cavalier ou s'ils apportent un nouveau savoir qui permet une progression. 

S'il fallait donner deux exemples on pourrait je pense conclure que : 

Un parent cavalier moyen d'extérieur, qui mets les barres au paddock à sa fille sur une épreuve Club1 Elite en lui répétant ce qu'elle sait déjà, se contente de la coacher.

Un ami cavalier qui mets les barres au paddock à une copine en lui indiquant les fautes d'abord et en conseillant des changements dans sa position et son attitude, fait en réalité de l'enseignement, puisqu'il transmet un savoir que le cavalier n'appliquait pas ou ne connaissait pas. Les "merci, je savais pas.", sont une belle image d'un savoir transmis.  

Législation 

Dans tous les cas, sur un terrain public ou dans le cadre d'une structure, quand la preuve peut-être faite que c'est bien un enseignement qui est dispensé et qu'il y a échange financier, la loi française oblige l'enseignant à être titulaire d'un diplôme reconnu comme tel, au quel s'ajoute une carte professionnelle, une RCPro et un statut juridique (salarié, entreprise, ...) 

Accident 

Sachez qu'en cas d'incident, une personne exerçant une activité pour laquelle il n'est légalement pas apte, entraîne de grave conséquences. Sans compter que les assurances refuseront les prises en charges. 

Une personne diplômée et en règle dans ses statuts administratif ne permet pas un risque 0 mais vous assure un minimum de compétence et de savoir légal. 

Commenter cet article